Valoriser, Encourager et Inciter les citoyens à s'engager dans des programmes d'agriculture en ville déjà existants ou à inventer !

Le lycée horticole de Lomme

Lors de l’été 2018 nous avions rencontré Frédrik Levêque, professeur au lycée horticole, formateur en biologie, écologie, agronomie, parasitologie et apiculture, formé lui-même en agroécologie, permaculture et agroforesterie maraîchère. 

Il nous a présenté une initiative quasi unique en Hauts de France : le verger maraîcher bio de Lompret, petite ville près de Lille.  La démarche consiste à associer pommiers et légumes propices à la lutte contre l’érosion du sol, utiliser le moins d’intrants possible, promouvoir une gestion parcimonieuse de l’eau et favoriser la présence d’auxiliaires utiles.

Lors de la conférence du 23 mai 2019 au cours de laquelle Claude et Lydia Bourguignon ont évoqué l’importance de la connaissance fine des sols pour pouvoir produire, sans intrants chimiques, des produits de qualité adaptés au terroir nous avons rencontré Paul Lebel professeur également au lycée horticole.

Rendez-vous a été pris et, en présence de Paul-Marie Haan, directeur de l’exploitation agricole du lycée, nous avons évoqué les orientations du centre de formation public agricole pour adultes du lycée de Lomme (CFPPA des Flandres (présent sur Lomme et Dunkerque), à savoir :

  • la création d’une licence dédiée à une quinzaine de personnes diplômées désirant se former en vue d’une reconversion dans le conseil et le développement en agriculture biologique,
  • la mise en place des modules de formation agricole et horticole à l’attention d’adultes
  • d’autres pour des apprentis 

Sous tutelle du ministère de l’agriculture et non de l’éducation nationale, l’établissement a, comme objectif global, celui du développement du territoire local et comme objectif plus spécifique celui de la mise en œuvre d’une biodiversité fonctionnelle.

Pour ce faire il assure cinq missions :enseignement/formation, insertion , animation du territoire, maraîchage, paysage ;expérimentation/innovation, (agroforesterie, biodiversité fonctionnelle,…) et coopération internationale…

En effet, outre l’ancrage local prédominant, des actions de coopérations internationales ponctuelles sont également menées vers l’Europe mais aussi l’Afrique.

Pour l’année scolaire 2018-2019 le lycée a accueilli 180 élèves préparant un CAP ou un BTS, 190 apprentis préparant également un CAP et 150 adultes en formation continue. Des formations courtes sous forme de modules de 2 à 5 jours ont concerné environ 800 personnes (jardiniers de collectivités, d’entreprises, demandeurs d’emplois…).

Le volet horticulture du centre de formation qui prédominait il y a quelques années a été fortement réduit au profit de la production de plants pour les jardiniers locaux et surtout de légumes saisonniers  qui sont vendus dans le magasin ouvert plusieurs fois par semaine pour tout public. Par ailleurs, en plus de la vente aux particuliers, la production de légumes récoltés dans les serres sert à la restauration scolaire.

Initié il y a deux ans, un projet ambitieux est en cours de réalisation concrète sous la forme d’une association loi 1901 dont le siège est au lycée agricole. Il s’agit du DRIVE fermier de Lomme. Pour diversifier les produits proposés à la vente et issus de la production du Lycée, des petits producteurs locaux (œufs, miel, volailles, bières,…) seront associés au projet. L’objectif est également de valoriser des légumes typiques du territoire, les haricots du Pévèle ou la mâche verte de Cambrai par exemple.

L’enjeu pour le maraichage pratiqué au lycée est d’obtenir une certification bio, (demande en cours) et pour les activités du DRIVE de toucher une clientèle plus large grâce à internet notamment.

Pour anticiper le changement climatique et préparer l’adaptation des productions à venir, il est envisagé de développer des « niches de production » : des plantes spécifiques moins gourmandes en eau, des plantes aromatiques.

Actuellement ce sont 6000m2 qui sont cultivés sous serres tunnels mais un potentiel plein champ existe. Le lycée dispose d’une parcelle de 3ha dont seulement un est exploité pour le moment. Les deux hectares restant accueillent deux ruches sur une surface type prairie. Il n’y a pas d’animaux, leur gestion étant trop compliquée dans un contexte de lycée. Parallèlement à la montée en puissance du DRIVE, une serre sera dédiée à l’accueil d’un Tiers-lieu.  Des rencontres pourront s’y tenir régulièrement afin de créer, grâce à des thématiques diverses, des invités occasionnels, des liens humains, atouts indispensables du développement du territoire tel qu’il est souhaité par les porteurs de ces projets.

C’est en parcourant les serres que nous avons abordé la question de l’arrosage de toutes ces productions car nous pensions « récupération des eaux de pluie ou usage d’eau industrielle ». Hélas pas du tout.. Pour des raisons administratives complexes et pour le moment apparemment insolubles .. c’est l’eau potable qui est utilisée, certes avec parcimonie…

Un choc pour nous qui militons pour des usages de l’eau en parfaite harmonie avec les besoins spécifiques à savoir l’eau potable vitale pour la boisson et la cuisson des aliments ! Un sujet que nous n’avons immédiatement relayé aux élus de la Métropole Européenne de Lille en charge de la gestion de l’eau puisque nous faisons partie des commissions consultatives. Nous avons compris la complexité de la situation car le lycée est bien sur le territoire métropolitain mais sa tutelle est régionale !! Un imbroglio que nous espérons pouvoir contribuer à résoudre avant le printemps prochain !

L’adresse du drive fermier de Lomme : www.drive-fermier-lomme.fr

Facebook/DriveFermierLomme  Contacts CFPPA des Flandres

Paul Lebel et Paul-Marie Haan : paul.lebel@educagri.fr  et paul-marie.haan@educagri.fr

1 Comment

  1. Marguerite

    Bonjour bjr suis jardinière référente nd’u’ jardin partagé BDE la ville de Lomme. J’ai eu connaissance que vous organisiez des journées BDE formation sur votre Établissement en lien avec la Direction nature en ville et les jardins familiaux et partagés. Toutes connaissances est nécessaire pour la transmission bet la gestion eco-responsable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *